Actualités
A la Une

Habicap : une société qui s’adapte à l’individu !

En 2003, Anne Marie Bouzon et Annick Goncalvès fondent la société Habicap. Ces costumières de formation confectionnent des vêtements adaptés à l’individu qui les portent. Une belle alternative au prêt-à-porter traditionnel !

Une initiative au service des individus

L’entourage d’Anne Marie Bouzon est à l’origine de cette initiative. « J’avais depuis des années des amis en fauteuil roulant qui avaient pas mal de problèmes pour s’habiller, dont un qui avait tout le temps des escarres, alors que c’est quelqu’un qui bouge beaucoup et qui voyage » raconte-elle dans une interview pour Handimarseille. Pour cet ami, elle crée un pantalon en coton adapté à sa position assise. De là, elle fonde son entreprise. Si au départ, son objectif était de créer uniquement des pantalons pour hommes, elle a su s’adapter à la diversité de ses clients et de ses demandes. 

Des vêtements adaptés à l’individu 

Habicap privilégie le travail en atelier et le sur-mesure. En effet, Anne Marie souligne le désir de s’adapter à tous les individus : « on a des gens qui peuvent faire 1m90 et 35 ou 40 kg, avec des tours de hanche de 85 ou 90 centimètres. À côté de cela, vous avez des gens qui mesurent 1m50 et qui vont faire des tours de hanche de 160, 170, 180 vous voyez, donc on a des gens très différents morphologiquement. C’est pour cela qu’on est avant tout en atelier. Donc nous, on conçoit et on fabrique tout ce que l’on vend. Et du coup, cela nous permet d’avoir une grande souplesse et de faire face aux demandes ». Les patrons, c’est-à-dire des plans de coupe d’un vêtement, sont faits à la main afin d’obtenir la création la plus adéquate aux mensurations de la personne. Le but est « de toujours se servir des mêmes bases de patronage, pour embellir ensuite l’aspect extérieur ou modifier le patron et proposer un autre modèle ou simplement changer de matériaux au fil des clients » explique Anne-Marie.

La fonctionnalité : la clé de la confection d’un vêtement

Le mot d’ordre de la société ? La fonctionnalité. Le vêtement est pensé pour être pratique et confortable. Pour cela, les vêtements ne sont pas à l’identique d’un individu à un autre. Dans le cas du pantalon, sa composition dépend des besoins de chaque individu : « il y a des choses que l’on retrouve toujours en premier, c’est par exemple si la personne a besoin ou non d’une braguette. Ça paraît bête, mais c’est essentiel. Après, est-ce que cette personne va avoir le pouce et l’index pour manipuler une fermeture éclair, un bouton à la ceinture. Si ce n’est pas le cas, tout ça peut être remplacé par une gaine ou une patte en Velcro à la place du bouton, ou un petit peu des deux ».

Concernant les vêtements portés en position assise, la longueur est un paramètre pris en compte afin de dégager le dessus des roues.
Les couturières prennent en compte également de la solidité et du confort du tissu pour éviter les déchirures mais aussi les brûlures et les irritations.

Néanmoins, l’esthétisme n’est pas laissé de côté. Anne-Marie affirme que l’ « on peut très bien allier esthétisme, autonomie et fonctionnalité, il n’y a aucune contre-indication à ça. Il faut juste avoir envie de faire des vêtements qui soient à la fois pratiques et esthétiques ». 

Et vous, qu’en pensez-vous ? 

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer