Actualités

Dans son fauteuil roulant, Elisa Rojas fait la Une de Marie-Claire

A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, Marie Claire lance un numéro spécial présentant 8 portraits féminins particulièrement inspirants. Parmi eux se trouve celui d’Elisa Rojas, une personnalité forte qui devient ainsi la première femme en fauteuil roulant à faire la Une d’un magazine féminin en France.

Elle nait au Chili le 30 avril 1979, atteinte d’une ostéogenèse imparfaite, maladie qui fragilise et bloque la croissance de ses os. Ses parents s’installent en Bretagne, avant de déménager à Paris pour lui assurer les soins nécessaires. Après son baccalauréat, elle fait des études de droit, puis elle entre au Conseil de l’Ordre des Avocats pour défendre les droits des personnes réfugiées.

Femme militante avant tout

Elisa Rojas se spécialise ensuite dans le droit des personnes handicapées et co-fonde en 2015 une collectif intitulé « Non au Report », pour s’opposer au report de la mise en œuvre de l’accessibilité de lieux et transports publics. De cette initiative naîtra le Collectif Luttes et Handicaps pour l’Égalité et l’Émancipation (CLHEE), dont le nom exprime les combats chers à cette grande militante.

Dans un article de Terra-Femina, cette égérie nous explique que c’est dans le cadre de la promotion de son livre « Mister T et toi » qu’elle s’est vue proposer de figurer sur le magazine. Dans ce livre, elle évoque le validisme à travers son histoire d’amour durant sa période étudiante. Elle y montre les barrières qui se dressent entre les personnes valides et personnes handicapées, et en font deux mondes à part qui ne peuvent réellement se croiser. 

Livre "Mister T et moi" de Elisa Rojas, éditions Marabout
« Mister T et moi » d’Elisa Rojas aux éditions Marabout, collections La belle étoile

Cette opposition est flagrante dans l’univers des magazines féminins, où validisme et beauté vont de pair. Dans une interview à Marie Claire, Elisa Rojas explique comment elle s’est libérée des injonctions qui entourent les femmes handicapées : « Prendre chaque idée, chaque définition, et essayer de comprendre d’où elle venait, pourquoi on m’exclut, ou pourquoi moi-même je me sentais exclue, par exemple, de la définition de la beauté « 

La première femme en fauteuil roulant à la Une d’un magazine

Elisa Rojas brise les normes et les stéréotypes : première femme en fauteuil roulant à poser sur la première page d’un magazine féminin aussi renommé que Marie-Claire, elle y arbore une fière allure affirmée. On est loin de l’image de la femme objet ou infantilisée que l’avocate combat encore aujourd’hui :  » J’ai compris qu’en tant que femme handicapée, on est doublement infantilisée. On est infantilisée comme toutes les femmes le sont, et on est infantilisée comme toutes les personnes handicapées le sont. Ça se croise, en réalité. » Ainsi, Elisa Rojas sait s’exposer et s’imposer, avec l’art de bousculer les réflexes et préjugés.

Souhaitons tous que cette Une soit un pas vers une représentation féminine plus juste dans les magazines. 12 millions de français sont atteints d’un handicap et pourtant, encore aujourd’hui, seules les personnes valides y sont visibles ! « C’est bien qu’il y a un problème de représentation. Or, nous, femmes handis, faisons partie de la société. On doit donc être montrées « , explique Elisa Rojas.

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer